Et rien de concret ! =)

Vous savez, en jetant un coup d’oeil au marché on se rend rapidement compte que la tendance se dirige vers les souris légères. De préférence sous les 70 grammes.

Et je me disais qu’il serait intéressant d’étudier les différentes solutions existantes pour alléger une souris.

Soyons clair, l’idée de cette publication n’est pas de vous former au design de souris, simplement une manière pour moi de mettre mes pensées par écrit.

Cool, tu vas parler à toi même?

Ouais, mais je commence à avoir l’habitude de parler seul dans mon coin. Juste que ce coup-ci je vais carrément taper un monologue avec des dessins.

Commençons, comme vous le savez, le marché est déjà saturé de souris ultra légère à peine 1 an après la sortie des premiers modèles.

Il suffit d’aller sur Aliexpress / Amazon / Whatever / taper “souris ultra légère” et on se retrouve avec des dizaines / centaines de références.

Je l’expliquais dans un post précédent, l’organisation de l’industrie en Chine permet de facilement s’adapter au marché. C’est ce qui leur permet de sortir aussi rapidement une grande variété de design en se basant sur un concept populaire.

Si je me lance maintenant en faisant “comme les autres” c’est la quasi garantie de perdre mon temps et mon argent dans le développement d’un produit “comme les autres”.

Donc… pas de souris ultra light?

Si si si, c’est prévu au programme. J’allais donc en venir, dans un premier temps je vais présenter les différentes méthodes permettant de gagner du poids et ensuite ce que moi j’ai en tête.

Donc, comment ils font pour rendre une souris plus légère?

  • La première solution, la plus simple… Faire une souris plus petite.

Hé ouais, pas besoin d’être Einstein. À densité équivalente, plus un objet est petit, plus il est léger. E = MC² !

Certaines marques sortent des modèles miniatures pour un poids plume… Geeeenre la Razer Viper Mini par exemple. Seulement 61 grammes, pas de trous et euh… une petite souris.

Problème : Une souris de petite taille est pas forcément l’idéal pour la prise en main.

  • Solution deux, moins de matière, moins de masse.

La solution retenue par la majorité des marques, enlever de la matière pour faire une souris plus légère. Il y’a Glorious, Xtrfy, Cooler Master, Steelseries, quelques centaines d’OEM Chinois…

Personnellement je trouve cette solution “cheap”. Non, je ne dénigre pas les ingénieurs derrière cette idée, au contraire. Mais je veux dire par là qu’il existe des méthodes plus élégantes pour solvationiser ce problème.

Shakespeare? Is that you? Le mot solvationiser n’existe pas.

L’une des raisons pour laquelle je n’aime pas cette idée c’est parce le fait d’enlever de la matière va réduire l’intégrité structurelle. Typiquement quand on appuie dessus la souris couine et se déforme.

Sans parler de la poussière, de la saleté qui s’accumule et le fait que si on renverse un liquide dessus… Baaah y a plus de souris.

prodcut-image
Genre ça.
  • Solution trois, alléger la sous-structure de la souris et mettre une coque supérieure pleine, sans trous.

J’aime beaucoup cette solution, je la trouve particulièrement élégante. Pas de trous, de l’extérieur on voit une souris normale, tout en gardant la légèreté.

Problème : Presque le même problème que les souris trouées. Le gain de poids est obtenu en enlevant de la matière et en réduisant l’intégrité structurelle. Bruits de craquements quand on serre la souris.

Exemple typique : la Roccat Kone Pure Ultra.

  • Solution quatre, revoir la structure d’une souris.

Si mettre moins de matière est la solution “cheap” en terme de réflexion, revoir la structure d’une souris est la solution que je préfère et de loin.

Laissez moi vous expliquer, la plupart des souris se reposent sur ça :

O.k c’est schématique…

En gros, la majeure partie des souris utilisent une sous structure sur laquelle repose un grip latéral gauche/droit et une structure supérieure. Le tout sur une base de la souris. Forcément, le poids de la sous structure s’ajoute à celle du grip, de la structure supérieure etc… et on tourne sur une souris de 90 à 105 grammes.

L’idée serait de faire une coque unibody, regroupant le grip gauche / droit et une partie de la structure supérieure.

Selon mes estimations, on peut économiser quasiment 50% de poids…

Ce genre de structure permettrait d’économiser un poids très important sans sacrifier ni en rigidité, ni en intégrité structurelle.

Si je devais donner un exemple, ce serait la Logitech G Pro de … euh… Logitech.

Et toi, t’as quoi en tête?

Dans mon cas la solution qui correspondrait le plus à ma philosophie ce serait la solution 4.

On a une coque unibody permettant typiquement de descendre sous les 70 grammes sans faire le moindre trous, du moins sur la partie supérieure. L’avantage d’avoir une coque unifiée c’est aussi une rigidité structurelle supérieure.

On enlève le bouton DPI dans la mesure où un changement de DPI en jeu est très rare (et même gênant ).

Quand à la carte mère, on va rester minimaliste aussi. Ainsi en enlever toutes les LED et en se contentant du minimum syndicale, il serait en théorie possible de faire une carte mère de 15 grammes.

Et enfin, pour rester léger, une base avec des trous.

Woah. C’est incroyable. Bon, crache le morceau. Ton plan sonne trop beau pour être vrai.

Yes. Mon plan est en effet trop beau pour être vrai… La coque unibody a une limitation. Voyez vous, lors de l’injection il y’a deux parties pour un moule.

Je crois que je sens l’arnaque venir.

Eh bien, vous savez… une fois que le plastique à pris forme, on doit pouvoir l’éjecter. Donc typiquement, un morceau de plastique de ce genre serait impossible à faire.

Pourquoi? Parce qu’une fois moulé il serait impossible de l’éjecter du moule. Et de toutes façons, le moule serait impossible à graver.

Du coup, certaines formes de souris ne sont pas possibles avec une structure unibody. Typiquement ce genre de forme :

Et bien entendu, il y a une incidence sur la prise en main. Les formes possibles ne sont pas vraiment les plus confortables…

Pour conclure ce long monologue, autant j’ai des idées pour le design d’une souris ultra légère sans trous… autant ce qui me rebute c’est le choix assez réduit en terme de design potentiel. Et pour l’instant j’en suis encore à rechercher un process de fabrication me permettant d’outrepasser ces limitations.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *